2019.

Tiens, te voilà
Suspendu au milieu de tes rêves, quelque part entre onze heure et midi et quart
L’heure a bien tourné depuis ton départ, et toi tu es immobile
Un pendule décroché qui ne sonne plus que le temps qui passe
Inlassable et autre part, au croisement entre deux temps
Cet interstice bizarre où les ombres prennent le dessus des corps mouvants
Cet endroit en bazar où tu étouffes mais paralysé
visagé figuré
Tu t’y tiens.

Tiens, te voilà
Une vibration radioactive ne suffirait pas
À élancer ton corps dur 

Te voilà
En s’approchant, dans ton cou on voit,
La morsure gangrenée de la paresse
La blessure migre dans les organes et déjà
Rougissant tu dégages avec pudeur le cou dévoilé
Tu camoufles l’accroc de ta lenteur contre ta peau nicotine
Tu te tiens, escroc, dans ta torpeur enfantine
Tu n’es qu’enfant et tu toques à la porte des géants

Tiens, te voilà
C’est peut-être le moment
De te raccrocher au cadran et de partir, partir
Avant que l’épiderme putréfié se défasse de ta mollesse
Car il n’y a qu’un instant tu sais
Pour prendre son élan

Amélie Zimmermann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s