l’habit le plus choquant du monde

Ce titre là, celui d’un vêtement si choquant qu’il en aplatirait la terre et retournerait les mers, Carine Roitfled aurait sûrement payé cher pour l’obtenir. Mais le porn chic n’a pas suffi à outrer les consciences, et Tom Ford et son pubis épilé en « G » pour la campagne Gucci de 2003 n’ont qu’à aller se rhabiller. Mille excuses à Galliano, qui lui aussi a tout tenté pour se décorer de cette médaille corrompue. Le shockvertising aura servi, tout au plus, à attiser des désirs refoulés, mais a tragiquement échoué à produire ce qui peut aujourd’hui être appelé l’habit le plus choquant du monde.
Des décennies d’efforts pour que l’industrie de la mode se voie devancée par… Décathlon ! Mes condoléances, les fashion. Le sport à la cote, mais attention, tout de même, à son accoutrement. Car c’est bien du hijab de sport dont on parle : c’est lui le grand vainqueur de la compète à la décadence, même le combo chaussettes/claquettes n’a pas triomphé. 

a737219b5bc4f75cd137767632296470.jpg
tom ford pour gucci en 2003

Les français sont assez fourbes pour s’amouracher de leur devise (qui sonne pourtant assez mercantile), « Liberté, égalité, fraternité », et en parallèle trouver un foulard scabreux au point de le retirer de la vente. Parce qu’après la grande polémique de mercredi, Décathlon croulant sous les insultes et les menaces, a du renoncer à commercialiser ce produit. Ses simagrées intéressées enfin démasquées, le géant du sport a, bien entendu, été accusé de faire du marketing communautariste. Ce à quoi les services de vente ont répondu que leur simple intérêt était de démocratiser le sport. Un geste bon, beau, et habile, en somme. 

Mais ce ne sont pas leurs motivations qui doivent être au cœur de la polémique. Ce serait, une fois encore, décentrer le débat – si débat il y a. L’outrage public, c’est bien plutôt le fait de permettre aux femmes musulmanes voilées d’aller jogger équipées comme il se doit. Certains élus se sont empressés de s’indigner, en soulignant comme Aurore Bergé sur Twitter que « Mon choix de femme et de citoyenne sera de ne plus faire confiance à Decathlon, marque qui rompt avec nos valeurs ». Mais à quelles valeurs le hijab fait-il de l’ombre ? 

-granier2017216_marlene_schiappa-42.960x430.jpg

La laïcité. Une réponse en deux mots, chéris par notre République toujours à cheval sur sa loi de 1905, recouvre forcément un raccourci. Vieille de plus de 110 ans, elle continue de donner du fil à retordre à la France… surtout quand il s’agit de l’islam. Et, pour une fois, Marlène Schiappa s’est adroitement exprimée à ce sujet : il ne faut pas confondre la laïcité avec l’athéisme de l’Etat.
Au-delà de cet argument d’autorité, il y en a un autre, plus récent, dans l’air du temps dirait-on presque, celui qui a le vent en poupe : le féminisme. Il est amusant de voir que la rhétorique pour réprimer les femmes les brosse toujours dans le sens du poil : finalement, c’est pour leur bien, c’est pour leurs droits, que l’on discoure encore sur leurs corps. Par « on », j’entends par exemple Raphaël Enthoven. Ce philosophe ex-normalien, twittos à ses heures perdues, est, pour un grand penseur, tombé bien bas dans l’embuscade aux 280 signes. Tout juste assez pour faire polémique, comme il le pense sûrement – mais ses leçons de patriarche ne bernent personne. Voyez :

Le vrai danger, ce sont les gens qui font passer le voile pour un vêtement comme les autres. un accessoire comparable aux talons aiguilles. Car ce faisant, ils tentent d’estomper ce qu’est le voile aussi : un outil sournois d’asservissement. Mais de ceux-là, on parle moins. 

Enthoven, débusqué comme porte-parole des femmes en temps de crise, connaît évidemment mieux qu’elles le véritable danger auquel elles doivent faire attention. Surprise, Enthoven : ce ne sont pas les hijab, le danger, mais bien les hommes ! Le 31 janvier 2019, déjà 16 femmes ont perdu la vie en France sous les coups de leurs conjoints. 93 000 femmes se sont faites violées l’an dernier, et chiffre ne concerne que les 10% ayant porté plainte. Pendant ce temps, la chasse aux sorcières continue, et aujourd’hui elles portent un voile.

Capture d’écran 2019-02-28 à 12.20.35.png

Je ne suis ni pour le port du hijab, ni contre. Je sais juste que quel que soit le prétexte, le corps des femmes est toujours neutralisé par ceux qui en sont le moins légitimes. Je pense aussi que le féminisme ne peut servir de prétexte pour couvrir une islamophobie latente. Je pense que le féminisme concerne toutes les femmes, et toutes les cultures, et toutes les religions. Et qu’il faut avoir le choix, pour une femme, de disposer de son corps, et par extension de son identité propre.
D’autres détracteurs diront qu’une femme qui choisit de sa propre volonté de se voiler est endoctrinée ou manipulée par des mécanismes si pervers qu’ils sont à peine palpables. C’est peut-être vrai. Mais à Enthoven, qui parlait de talons aiguilles, et à ceux qui tiennent des discours similaires, il faut poser une question : comment pouvez-vous assurer que ce ne sont pas ces mêmes mécanismes qui poussent d’autres femmes à porter des talons de 12 ? La logique est la même. Au risque de choquer, ces formes d’oppressions peuvent s’équivaloir. 
Leur féminisme est un féminisme arrangé, partial et récupéré pour servir d’autres causes que celle de l’égalité. Il est devenu un joujou que les grands du monde se prêtent pour astiquer leurs discours sur ce qu’il faudrait faire et ne pas faire, être ou ne pas être. La vérité, c’est que les femmes sont plurielles : et qu’elles fassent du sport, portent un hijab, des bas résille ou des chaussettes-claquettes, elles sont françaises et doivent avoir le choix. 

street-style-paris-fashion-week-menswear-spring-summer-2017-day-two_5897157.jpg

Alors je m’excuse si mon papier ressemble à un pamphlet ou s’il est trop virulent au goût de certains. Mais il y a trois ans déjà le burkini faisait sensass sur la plage. Il aurait pu rafler le premier prix du concours de l’habit le plus choquant du monde, mais à l’époque déjà la controverse n’était pas de bon goût. En trois ans, rien n’a changé, et la France, le feu aux poudres, joue de ses vieilles habitudes. Alors je me retourne vers la mode, vers Roitfeld et Tom Ford. En espérant qu’ils détrônent rapidement le hijab de son statut choc, pour faire parler de quelque chose qui, pour une fois, serait véritablement matière à débat.  

Amélie Zimmermann

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s