face à face : Amandine

face à face avec Amandine, 18 ansEEB7B743-029C-4E87-ACE6-D9FF86EBB72E

pour quoi t’habilles-tu ?

Je m’habille pour jouer, sans le prendre au sérieux, en faisant en fonction de mon humeur du moment. Il ne faut pas s’habiller pour se donner une image, mais prendre une distance pour être capable de ne pas se vexer si quelqu’un fait une remarque, mais simplement se sentir bien dans sa peau. Les habits participent à ça, ils ne définissent pas forcément notre identité comme on entend souvent, même s’ils reflètent toujours notre personnalité. Oui, il faut s’habiller en prenant ses distances, et toujours savoir que demain tu peux changer.

pour qui t’habilles tu ?

Vraiment pour moi : c’est un amusement avec moi-même. Le soir je réfléchis à ce que je vais porter le lendemain, et c’est juste le plaisir de ce que je vais associer ensemble (même si ça ne donnera pas forcément ce que j’ai en tête). C’est un plaisir personnel bien avant d’être tourné pour les autres, même si forcement il faut s’adapter aux situations. S’habiller pour les autres, c’est passer son temps à copier, quelque part, et surtout ne pas se trouver soi. Il faut s’approprier les choses, les vêtements.

3FF71B8B-4A3A-414C-A855-6E82255B3508D1FF3F6C-57E6-4240-B19C-D9B7F0A0BB8A

quelles influences dans ce que tu portes ?

 Je dirais le quotidien, les gens qui m’entourent. Dans la rue je remarque des détails, les manières dont les gens portent leurs habits. Mais c’est aussi tout une culture visuelle qui m’inspire : l’art, les films qui me marquent, les clips, la photographie. Les photos d’archive de ma famille, ma mère jeune en Afrique dans les années 60. J’essaie de retranscrire ces influences à travers les habits, à travers les coupes ou les couleurs. Beaucoup de jeunes marques m’inspirent aussi beaucoup. Jacquemus, surtout. Il ne se prend pas au sérieux, il donne envie de porter les habits qu’il fait car on a l’impression que, dedans, on sera heureux. C’est peut-être éphémère ou juste une illusion, mais encore heureux qu’il existe des illusions aussi belles dans la vie ! Paloma Wool m’inspire aussi, c’est une marque espagnole que j’adore. Elle fait dans la simplicité, mais la simplicité c’est ce qu’il y a de plus dur à faire. Ces marques créent un univers qui leur sont propre, à travers les photos et les défilés. Chez Paloma Wool c’est très féminin et organique (il y a eu des shoot avec des poteries aux côtés de corps de femmes). C’est une célébration du corps de la femme, et je trouve ça magnifique.

B5949BF2-619C-4B35-9F79-065E0C85C800D4206486-9A4A-4D29-BE58-98CE33327FF0

  le style, pour toi :

Le style c’est l’attitude. C’est un tout, une esthétique, une manière de s’habiller. Aujourd’hui, on est capable de faire une typologie des styles en fonction des personnalités des gens (on repère facilement les tumblr girls, les skateurs, ceux du milieu trap ou hip hop…). Ceux qui ont un style, c’est ceux qui ont l’attitude avec, qui savent s’approprier les pièces et faire en sorte que leurs vêtements intègrent totalement la personne qu’ils sont. Le style est lié à la personnalité, et donc à une certaine confiance en soi : assumer son style c’est être bien par rapport à son corps. J’ai ressenti ça quand j’ai rasé mes cheveux. Je me suis rendue compte que j’étais obligée de l’assumer, que je ne pouvais ni cacher mon style, ni me cacher moi-même. Là, avec mes cheveux courts, je me suis dit qu’en marchant dans la rue les gens me voyaient, et que désormais je suis obligée d’assumer ce que je suis, ce à quoi je ressemble. Ça peut être difficile. Ça m’a fait gagner confiance en moi.

ton style, pour toi :

Il a tellement évolué ! Au collège je mettais beaucoup de couleurs, et aujourd’hui j’essaie de ne pas perdre ce goût là, d’en faire une base stable dans mon style. J’aime beaucoup les belles coupes, aussi. J’ai un style très street ou sportswear, mais en même temps j’ai ce goût des belles choses, plus classiques, bien coupées. J’essaie de mêler les deux, sans forcément vouloir créer d’équilibre. Il ne faut pas s’enfermer dans des catégories : si j’aime le streetwear ça ne m’empêche pas de sortir mes pièces inspirées directement des 60s et des films de Godart.

D4E900CE-A70F-4DA7-B65D-163E6FE6AB64

quelle relation entre ton corps et les habits que tu portes ?

Je pense que pour apprendre à s’habiller, il faut dépasser les erreurs que l’on fait tous, influencés par les canons de beauté qui nous sont imposés. Il faut apprendre à connaître son corps, c’est un processus toujours en cours pour moi. Mais à la fois, il faut dépasser cette soi-disant connaissance de nos corps, il ne faut pas se limiter en se disant « ah, ça ne va pas m’aller ». Il faut aller à l’encontre des codes, il faut s’assumer. Et s’assumer, ça ne veut pas dire tout montrer, car même tout montrer est devenu un dictat aujourd’hui. Ce n’est pas parce que je suis pulpeuse que pour assumer mes formes je dois les montrer, et à la fois il ne faut pas se laisser dicter ce que l’on doit porter. Il faut juste mettre ce dans quoi on se sent bien, sans avoir peur d’essayer certaines choses. Ce n’est pas grave d’avoir des ratés. Quand j’étais petite, j’avais une cravate avec Snoopy dessus. Je m’en foutais, je m’amusais juste, je faisais les fripes et je trouvais que ça m’allait bien. Il faut oser jouer. Commencer la journée en se sentant bien habillé, bien dans son corps, ça peut transformer cette même journée. Personne ne peut t’arrêter quand tu te sens bien dans ce que tu portes.

94E4F4BA-8083-48F2-9B3A-394314658F12BEDE47B8-DCA5-40ED-8DD1-15D41915BF37

Amélie Zimmermann.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s