incandescence

photographe: rebecca sberro / texte inspiré par une série de photos prises par Rebecca Sberro.  Le temps se profile, tapi comme son ombre au coin d'une rue obscure. Elle flotte au-dessus du sol mouillé, au-dessus des souvenirs qu'elle va oublier. Une silhouette fantomatique qui hante les rues, elle arpente la ville comme les recoins de sa [...]

muse

lettre ouverte à celle qui s'échappe quand on la cherche et qui surgit quand on la laisse s'échapper  ' A toi ma chère inconnue, Indicible beauté, fugitive vision des rêves évanouis : jeune anonyme aux allures fières tu disparais quand les regards se posent sur ton ombre, laissant résonner derrière toi l'écho d'un mystère sans [...]

ils ou elles, du pareil au même

Taille marquée et mains gantées, lèvre sensuelle peinte rouge sang, gorge déployée pivoine comme le rose de ses joues... La mode a toujours été l'arme de la féminité, la poussant à son paroxysme, culminant sur elle toute puissante et écrasante. L'homme s'est alors vu associé par défaut à une virilité caricaturale et prétentieuse qui lui [...]

héroïnes : l’inconnue

Quelque part, perdus, à l'angle d'un détroit de l'imaginaire de chacun, reposent des figures sans noms, des personnages sans vie. Des fictions sorties de nulle part, peut-être nées de notre acuité grandissante face au monde sensoriel qui décuple nos perceptions. L'imaginaire se développe, et parfois si vaste et parfois si vrai qu'il fait s'éclipser les [...]

face à face : Amandine

face à face avec Amandine, 18 ans pour quoi t’habilles-tu ? Je m'habille pour jouer, sans le prendre au sérieux, en faisant en fonction de mon humeur du moment. Il ne faut pas s'habiller pour se donner une image, mais prendre une distance pour être capable de ne pas se vexer si quelqu'un fait une [...]

intemporelle

  Son regard est pareil au regard des statues, Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a L'inflexion des voix chères qui se sont tues.  Quelques vers de Paul Verlaine, Mon rêve familier. La suavité de ses mots, les consonances qui résonnent incessamment dans nos têtes : il évoque ici le temps, [...]

diffractions

Illusions d'optique, écran trouble sur la rétine. Paupières closes : être enfant et s'émerveiller des milles couleurs qui apparaissent de nulle part, de cette obscurité où s'engouffrent d'habitude les mêmes cauchemars. Comme diffractées par un miracle qu'on ne comprend pas, les couleurs forment de nouvelles formes ; un monde nouveau monde se dessine, qu'on devine. [...]

haute-couture, merci

Je me demande souvent pourquoi j'aime tant la mode. Pourquoi, au fond, ce monde étrange que je ne connais que de loin, m'est-il si cher, précieux ? Je pourrais tout autant le haïr, lui et ce qu'il représente. Il ne me faudrait que peu d'efforts pour en dresser un réquisitoire poignant et en faire mon [...]