incandescence

photographe: rebecca sberro / texte inspiré par une série de photos prises par Rebecca Sberro. 
Le temps se profile, tapi comme son ombre au coin d’une rue obscure. Elle flotte au-dessus du sol mouillé, au-dessus des souvenirs qu’elle va oublier. Une silhouette fantomatique qui hante les rues, elle arpente la ville comme les recoins de sa mémoire et le labyrinthe de son année écoulée. Comme les torsions de son corps, de sa mémoire malléable dont elle construira les bouts parsemés ; ce sont les restes d’un temps déjà perdu, quelque part, lointain. Qui restera malgré lui dans sa tête à elle, images imprimées d’un passé qu’elle réinvente, qu’elle sculpte selon ses désirs, qu’elle peint ou efface selon les desseins de l’avenir à bout de bras. Une apparition soudaine mais fugitive de ce qu’a été la vie pour une année, une année minuscule et grandiose, grande de ses ambiguïtés, des contraires cultivés. Une année à refaire, qui s’ouvre à elle quand elle le décide. Les divagations de nos souvenirs factices, déjà abîmés par le temps, qui s’alignent pour n’être plus qu’un tapis de décombres sur lequel on marche. Pieds écorchés. Le temps court mais elle prend les détours du temps d’avant pour contempler les rues vides, le silence de nos oublis. Pour faire son chemin et tracer une nouvelle route : pour que l’horizon dégagé promette le temps nouveau d’une année à recommencer.

IMG_4024

IMG_4039

IMG_4037

IMG_4025

IMG_4035

instagram: @rebeccasberro / @thegoldengrounds

Amélie Zimmermann.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s