ÉTÉ INDIEN #3

une série de quatre vidéos, entre mots et images, qui conte une idylle adolescente à l’heure où le soleil décline et l’automne approche

« au matin la nuit tombée
à l’heure des, au temps du
les gens s’abandonnent
étourdis par leurs rires hauts les dents léchées
les gens s’abandonnent courent après leur désir
traînent derrière l’armature d’un corps enchaîné
le dos courbé par le plaisir
les mains tordues par l’extase
visage rose de l’abandon
sourire béat de l’abandon
les gens s’abandonnent
se donnent à leur chute atmosphérique
retournent la pesanteur de la terre
déchirent la planéité de leurs vies
par les courbes de leurs transes vertigineuses
les valses amoureuses les contemplations balbutiantes, étonnées – les laisser-allers des tropismes egomorphés les vacarmes et les cris des mots crus des peaux nues
c’est l’apoplexie de nos convoitises
la velléité de nos espoirs confus, coeurs battants à corps perdus, corps battus à coeurs couchants
les gens s’abandonnent
desiderare de vous à moi
regret et désir perdus

je t’ai abandonné 

sourire béat de l’abandon, visage rose
et désirs perdus
les gens s’abandonnent
se donnent à leur chute atmosphérique
les courbes, les vacarmes, les cris des mots crus des peaux nues,
le dos courbé, coeur battants à corps perdus,
les mains tordues, corps battus coeurs couchants
derrière l’armature, cris, extase, vacarmes regret et plaisir perdus
desiderare de vous à moi

je t’ai abandonné » 

Amélie Zimmermann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s